Main Page

From Boboulo
Jump to: navigation, search

Boboulo - work(ing) for share



Mode de fonctionnement : outil collaboratif se donnant comme un moyen de débattre du travail, dans un autre cadre nouveau. Proposant des outils, des expériences et un espace où l'on peut discuter boulot et tenter de trouver les moyens pour pouvoir faire autrement, pour trouver de la ressource. permettre un dialogue entre les différentes expériences collectives et individuelles. donner aux nouveaux milieux de travail et de vie, les moyens de mutualiser leurs ressources pour leur permettre de se développer. les impasses, les empêchements, les réussites, sont tout autant de prétextes à la discussion, pour trouver des


"Je me porte bien dans la mesure ou je me sens capable de porter la responsabilité de mes actes, de porter des choses à l'existence, de créer entre les choses de liens qui ne leur viendraient pas sans moi" G. Canguilhem - le normal et le pathologique - 1947

"Il faut envisager (...) de considérer l'analyse du travail, la formalisation de l'expérience professionnelle, l'élaboration des langages pour la penser, comme des ressorts d'une autre efficacité sociale." Y. Clot - le travail sans l'homme - 1995 p.15

petit topo sur symptomes des bullshit jobs / ressource du beau boulot - la fonction psychologique du travail Y Clot. étendue à l'activité dans ses problématiques économiques, sanitaires, environnementales et sociales. Censure 'intégrée" de la parole au travail, besoin d'un cadre pour poser les problématiques, les mettre à distance pour étudier les nouveaux milieux de travail et de vie. mise en commun des situations pour discussions et élaborations de stratégies individuelles et collectives de défense pour tenir devant la surcharge, devant les clients, être en accord (ce que parler veut dire - Bourdieu), pour dépasser et se sentir acteur face à des contradictions quotidiennes. des arrangements, qui deviennent s'ils tiennent, des règles de fonctionnements.


le monde du travail est touché de plein fouet par les différentes crises successives : économique, sociale et environnementale. des hommes et des femmes doivent se forcer, et trouver la force de tenir debout dans des organisations du travail infantilisantes, réductrices et autoritaires. A force de faire du sale boulot, ce sont les conditions d'emplois qui se fragilisent, les collectifs qui sont malmenés, et chacun doit se résoudre à "tirer son épingle du jeu" pour continuer malgré tout. Nous prenons conscience de tous les maux imputables au "sale boulot" : conflits, absentéisme, baisse de productivité,... alors même qu'une activité signifiante est valorisante, efficiente, transmissible... nos domaines d'activités se trouvent dans un impasse, et les activités alternatives se développant à partir du réemploi se charge de recadrer l'activité de travail, de commerce, de vie ensemble... le tout se matérialisant dans des gestes accompagnant un discours dont le sens, pragmatique, est issu directement de la rencontre entre les expériences de terrain

contexte :

  • [(expérience professionnelle)]*

Pourquoi parler du travail, corpus, posture ? parcours soignante : AS pendant les deux dernières années d'Eide, puis intérimaire pendant 3 ans, enfin 5 ans santé au travail - proximité et connaissance des patients, des traitements, ajustements... au cas par cas, chaque grincement est un prétexte à rediscuter les gestes de métier. - intérim : fonction ou statut ? - intégration de logiciels de soins, restructurations des établissements privés = impact court/long terme - ind/collectif. de ce qui est ni fait ni à faire dans mon entreprise, dans mon métier, liens avec moyens de répondre aux besoins fondamentaux... alimentation, logement,culture = financiarisation blabla Ce qui m'est du - Antoine & Héloise - formation psy du travail. mais de quel travail ? reflexions autour des techniques diverses et variées pour accompagner la souffrance au travail. permettant parallèlement le développement du travail... qui fait mal.

  • (expérience sociale : rapport sante / travail / activité / genre)]*

occupez vous de votre travail avant que d'autres s'en occupent pour vous ! retour sur les techniques d'accompagnement vers la sortie : doc formation santé, stress au travail, déployez et autres

prise en charge de la santé, et santé mentale en particulier. gestion de la gestion tendance sécuritaire et hygiéniste

des libertés collectives -surveillance et restriction d'internet

un monde sans fous - Philippe borel [1]

http://www.dailymotion.com/video/x1zrtsr_mathieu-bellahsen-la-sante-mentale-vers-un-bonheur-sous-controle_news?start=0


nouvelles organisations / technologies : Media: la domination du travail abstrati - jm vincent

santé / travail / sm barkat [2]



  • ([expérience historique : évolution des représentations : travail, emploi, santé, folie)]*

bombardements des asiles historique travail = rob

  • [(Soignons le travail)]*

initiatives de coopératives, actus : http://www.senat.fr/leg/ppr13-778.html

Diplôme d'infirmière en poche depuis 10 ans, je suis privilégiée, bon job, plein emploi, vocation, valeurs, diversité de l'activité et des spécialisation (bloc, anesthésie,...). je réalise ma formation dans un petit hôpital de province où l'on prend encore le temps de prendre soin des corps et des esprits prenant repos sur ces lits. Il nous arrive souvent de travailler pour quelqu'un que l'on connaît, que l'on a connu, ou dont on connait les enfants, les parents, les voisins. Je travaille pendant 3 ans en intérim, je parcous des centaines de kilomètres tous les jours, pour aller prêter main forte là où il manque un soignant, je découvre les différentes structures, spécialités, j'apprends beaucoup de mes collègues d'un jour, elles me montrent leurs trucs, prennent le temps de m'expliquer ce qu'elles ont expérimenter, je commence à me sentir autonome, en capacité de seconder les patients dont on a la charge. Au fil du temps, les contrats sont moins intéressants, les postes le sont aussi. Nous devons intégrer des outils qu'il est difficile de mettre en place sans erreur et sans perte de temps. j'ai commencé les missions dans de petites cliniques, dont les chirurgiens, également à la direction des établissements, se dérangeaient encore la nuit ou le week end pour ... je travaille souvent en gériatrie, des contacts riches en expériences de vies bien remplies ! de longues discussions qui invient à la sagesse, leur point de vue sur le monde, sur leurs conditions de vies... au fil des mois, mon activité se réduit comme une peau de chagrin, les protocoles d'organisation permettent la prise en charge de plus en plus de monde. jusqu'à 80 patients à surveiller dans une maison médicalisée, dont plus d'une trentaine de grabataires (!). Je cours entre les injections, les pansements et tout le reste du temps, gérer la pharmacie, préparer les piluliers, renouveller les ordonnances, avec des médecins différents pour chaque "clients" ce qui multiplie les démarches. plus d'attention pour ce que je fais, je commence à m'ennuyer, je m'oriente vers les services de chirurgies, donc plutôt dans des établissements privés (les hopitaux ayant leurs services de personnel "volant" sur plusieurs services pour organiser congés et pallier absences). je suis étonnée que l'on m'envoie sans me prévenir en salle de réveil, sans formation, sans autre infirmière dans la salle. ou lorsque je demande où se trouve le matériel pour remplir le chariot d'urgence, l'anesthésiste me lance "n'importe quoi, mais tu veux nous porter malheur ?" étonnée encore lorsqu'on me confie le service des urgences en me recommandant d'envoyer des "cas difficiles" au CH (centre hospitalier public de la ville), et puis ici, il faut faire patienter les gens jusqu'à ce que les chirurgiens aient terminé au bloc". tu devras aussi faire les entrées des personnes qui sont "un peu prévu". mais oui, certains sont des patients que j'avais en charge la semaine passée ?! oui, me répond ma collègue de nuit, on les fait rentrer par les urgences pour faire des entrées. toujours plus étonnée de devoir facturer 30€ à cette veille femme qui vient veiller son mari en phase terminale. dormir aux cotés de son mari et l'aider à supporter ces derniers jours lui aura couté presque 2000€ pour dormir sur un lit de camps, et être réveillé toutes les 2 heures. il est encore possible de faire barrière, mais les services de la compta se déplacent parfois dans les services. équipes turn over, service d'hotellerie, nouvelles techno : gain de rentabilité et perte de qualité. boulo ni fait ni à faire, je commence à regarder mon contrat, mes horaires, mon salaire, mes droits à la formation pour tenter d'espérer une situation meilleure. Après une mauvaise action de "management" (faux taux horaire pour faire accepter des missions urgentes), proposition d'un poste "très bien payé"... découverte du milieu de l'entreprise... repos en sst ! découverte du monde de l'entreprise, whaouuuuuu ! le goulag, les ouvriers, la hiérarchie... conditions de travai, contexte eco soc et pol. $

protocole h1n1 = absurdité ! rps = danger !

critique sur les politques sanitaires et sociales menées, obligations de mesures, actions et résultats !

un monde sans fous collectif des 39...

  • [(


les problèmes de santé au travail ont surgit sur le devant de la scène par les suicides dans nos entreprises françaises il y a près de 5 ans. Celles devant mener tellement de bataille pour sortir victorieux de cette guerre économique. On compte sur les forces en place pour relever tous les défis... jusqu'aux plus absurdes. Devant l'urgence, notre gouvernement réagit fébrilement en répondant aux propositions de tous les acteurs proposant des interventions de prises en charge. simples et efficaces, guarantie de résultats. le manque de réactivité et d'unité de nos organisations syndicales, le détricotage minutieux du droit au travail, la réduction (voir suppression ?)de médecins et d'inspecteurs du travail. La réalité de la prise en charge dans nos services de soins, de l'hopital à l'entreprise, où le besoin de rentabilité s'insinue dans nos activités. en rajoutant l'entretien de concepts de santé grossiers, une prise en charge discutable, aux effets dévastateurs, sans oublier une pression sans arrêt maintenue chez les salariés. Forcée de constater que les espaces pour se préoccuper de notre activité se réduisent incéssement, laissant des individus seuls devant des organisations du travail écrasantes, humiliantes, néfastes pour nous, notre environnement, et nos rapports sociaux. Tentative de retrouver un espace pour s'occuper de nos connaissances et de nos savoirs-faire, retrouver une activité, des liens et un environnement cohérent, simple et encourageant.

travail emploi activité

évolution et représentations du travail : RGO le travail crise de genre : cf barkat hamraoui le travail viril et le travail sensible. représentation de l'activité et représentation du monde.

crise de l'emploi : précaruté et financiarisation à outrance aspects législatifs, politiques, sanitaires et sociaux : une prise en charge globale et pluridisciplinaire ! cf un monde sans fous ph borel

reprendre son activité en main : définition de la santé tosquelles :l je me sens bien dans la mesure ou je crée entre les choses, des liens qui ne leurs viendraient pas sans moi. précision de clot "même de temps en temps !" pas de véritable remède pour ceux qui continent à faire du sale boulot, même de temps en temps. des créatifs, des artistes, originaux et marginaux montrent d'autres voies et nous proposent une marge de manoeuvre. l'apprentissage comme mouvement structurant entre l'individuel et le collectif. détail de l'activité : en réunion, tour de parole, pad public,

lien avec la thérapie institutionnelle

l'utopie du numérique :

détricotage du droit au travail


uniformisation et dérives du langage -liens pensée & langage vygotski

    • [[vocabulaire professionnel: élaboration d'un langage

exemples, par le langage, la dextérité des mots l'expérience (ou l'inexpérience), le détail du geste ou de l'articulation de la pensée qui pèsent dans le choix des instruments, méthodes out techniques]]

Expériences professionnelles

corpus, posture ? parcours soignante : AS pendant les deux dernières années d'Eide, puis intérimaire pendant 3 ans, enfin 5 ans santé au travail -

proximité et connaissance des patients, des traitements, ajustements... au cas par cas, chaque grincement est un prétexte à rediscuter les gestes de métier. - intérim : fonction ou statut ? - intégration de logiciels de soins, restructurations des établissements privés

impact court/long terme - ind/collectif. ni fait ni à faire dans l'entreprise, dans mon métier,

liens avec moyens de répondre aux besoins fondamentaux... alimentation, logement,culture = financiarisation blabla Ce qui m'est du - Antoine & Héloise =


identité collective et individuelle, (par le faire et transmission des connaissances) élaboration d'un code (de "conduite", plus pragmatique qu'un discours sur l'éthique) CE NE SONT PAS DE BONNES PRATIQUES élaboration d'un langage, mode de pensée,

Wiki : getting started

Consult the User's Guide for information on using the wiki software.

Personal tools
MediaWiki Appliance - Powered by TurnKey Linux